Nombre total de pages vues

lundi 25 octobre 2010

Colocataires3 ( 18 )

Quand je me suis réveillé il était pas loin de midi. Elle me regardait dormir, blottie contre moi…
- Faudrait que ça finisse jamais une nuit comme ça…
- Il y en aura d’autres… Autant d’autres qu’on voudra…
- J’aime mieux pas y penser à après… Juste profiter de maintenant… C’est déjà tellement bien… Jamais j’aurais espéré connaître un jour quelque chose d’aussi bien… Mais tu sais, faut pas que t’ailles t’imaginer des trucs…
- Quels trucs ?…
- Que je suis collante… Que si un jour t’as plus envie de me voir je te ferai la grande scène du trois… Que j’irai te harceler partout pour que tu me reprennes… Je serai triste, oui, ça c’est sûr, mais je chercherai jamais à t’obliger à rien… Jamais… Je te promets…
Elle s’est tue. A posé sa main sur mon torse. M’a caressé, du bout du pouce, la pointe du sein…
- N’empêche que chez vous aussi ça grimpe quand on y touche… Pas autant que chez nous… Pas aussi fort… Mais ça grimpe quand même… Comment j’aimerais ça sentir ce que vous sentez, vous, les hommes… Au moins une fois… Juste pour savoir… Comme quand vous êtes avec Allan… Ca vous fait quoi ?… Non… Dites rien… Me dites pas… Ca s’explique pas ces choses-là… Ca peut seulement se sentir…
- En tout cas il y en a deux hier soir ils ont dû sacrément nous attendre !…
- Ca, c’est sûr !… On a été vaches quand même… On aurait au moins pu les prévenir…
- T’inquiète pas qu’ils ont dû trouver à s’occuper sans nous…
- Oh, ça oui !… De toute façon je m’en fous un peu d’eux… Ils peuvent bien faire ce qu’ils veulent… Ce qui compte pour moi c’est comment on a passé une nuit de folie tous les deux… Et vous savez pas ce qui serait bien maintenant ?… C’est qu’on se trouve quelqu’un en dehors d’eux… Un type qu’ils connaîtraient pas et avec qui tu ferais des choses juste pour moi… Tu voudrais ?…
- Ca dépendrait…
- De quoi ?…
- Du type… Tu penses à quelqu’un en particulier ?…
- Non… Enfin, si !… Quand même un peu… Un bon copain à moi… Mais juste un copain… Il me fait ses confidences souvent… Alors je sais que ça le tenterait… Je vous le présenterai si vous voulez… Mais seulement si vous voulez… Faut pas que vous vous sentiez forcé…
- Et il faut que toi tu en aies très envie… Vraiment très très envie de nous voir ensemble… Il y a que ça qui peut me donner envie à moi…
- Oui, ben alors là !… Pour ça…

- Vous étiez où ?… Remarquez, je sais pas trop pourquoi je vous pose la question vu que je me doute… Avec cette Amandine vous étiez… C’est ça, hein ?…. Oh, mais vous faites bien ce que vous voulez… Moi, j’m’en fous… Mais il y en a deux autres je peux vous dire qu’ils ont pas apprécié… Mais alors là pas du tout… Ils ont débarqué sur le coup de dix heures du soir remontés comme des pendules… « - Ils sont pas là ?… Ils sont où ?… »… Ils ont regardé dans toutes les pièces, claqué toutes les portes… « - Et même pas moyen de les joindre… Ils ont éteint leurs portables… Oh, mais ça ils vont nous le payer… Attends qu’on les retrouve… Ils peuvent pas être bien loin… »… Et vous en avez pris pour votre grade… Je peux vous dire que vous en avez pris pour votre grade… Comment elles ont dû vous siffler les oreilles !… Et ils sont repartis comme ils étaient venus… Bon, mais alors comment on va faire du coup pour la nuit ?…
- Pour la nuit ?… Quelle nuit ?…
- Ben normalement c’est ma semaine… Et ça m’en a fait une de moins de nuit à dormir avec vous… Je la récupérerai sur la semaine suivante ?…
- Oui… Ben on verra ça le moment venu…

- Tu viens ?… Faut que je te cause…
Dans la salle de bains où elle a filé sous la douche…
- Bon, alors écoute… Je vais pas te faire de grands discours… Il y a d’abord eu cette histoire de nuits à partager avec Victorine… Par là-dessus est venu se greffer ce qui s’est passé hier soir… Sur quoi j’ai pas du tout l’intention d’épiloguer… Tu fais ce que tu veux… T’es majeur et vacciné… Sauf que… autant te prévenir tout de suite… Moi, ça me convient pas… Mais alors là pas du tout… Où il a disparu le shampooing ?… C’est encore l’autre qui l’a changé de place… A tous les coups… Dix mille fois je lui ai dit… Tu veux pas regarder s’il est pas sous le lavabo ?… Ah, merci… Oui, je vais être très claire… Si ça doit continuer sur ce registre-là c’est très simple moi j’me casse… Pas question que je supporte ça… Que je sois la cinquième roue du carrosse… Après tout ce qu’on a vécu ensemble… Alors à toi de voir… Réfléchis !… Mais réfléchis bien… Si je dois partir ce sera sans le moindre espoir de retour… Tu sais ce que ça implique à plus ou moins long terme… Tu vas te retrouver tout seul… Parce que ce n’est ni Victorine ni Amandine… Mais on va pas revenir là-dessus… Tu sais ce que j’en pense… Passe-moi mon peignoir, tiens, plutôt… Ou plutôt non… Je vais rester comme ça pour me maquiller… Vu que c’est peut-être une des toutes dernières fois que t’as l’occasion de me voir à poil…

8 commentaires:

  1. Sous ses airs de ne pas y toucher... finalement il ne fait que ce qu'il veut... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Partiellement... Très partiellement, non?... Tout un chacun s'efforce bien de tirer un peu la couverture à soi...

    RépondreSupprimer
  3. Non, non, je crois sincèrement qu'au fond ça reste lui qui a les cartes en main. Il n'accepte que ce qu'il veut. Même s'il donne l'impression de se laisser mener par le bout du nez, il aime les situations où ça l'entraine et les plaisirs que ça lui procure. Mais les vraies limites, c'est lui qui les décide...
    Un peu comme la jeune femme de mon impasse ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Assurément il y a des analogies entre votre jeune femme de l'impasse et ce personnage...

    Ainsi donc le meilleur des manipulateurs serait celui qui donne le sentiment d'être manipulé alors qu'en sous main c'est lui qui "dirige"?...

    A moins que le roi des manipulateurs ce soit celui qui a envie de raconter des histoires... Il tire TOUTES les ficelles...

    RépondreSupprimer
  5. Oui !!! Nous sommes "tout-puissant" finalement! :-)
    Sauf que parfois, nos personnages nous dictent leurs actes sans nous laisser le choix... étonnant non ?

    RépondreSupprimer
  6. Ca, c'est une expérience que je trouve toujours aussi fascinante... On a, au départ, une idée de l'endroit où on veut aller, de la façon dont les choses vont se dérouler et, en cours de route, ça prend un autre tour complètement inattendu... Comme si effectivement les personnages décidaient, comme s'ils voulaient faire preuve de "liberté".. Et ça s'impose... Heureusement d'ailleurs... Le plaisir d'écrire, c'est peut-être le plaisir d'être le premier surpris?...

    RépondreSupprimer
  7. Oui, relire ses propres mots et ne pas les reconnaitre... j'aime vraiment ça.
    Et l'écriture serait sans doute moins excitante sans cette part de surprise, d'inattendue.
    Peut-être est-ce la part de vie qui nous échappe. Notre pensée est faite de pans d'hombres auxquelles nous laissons la parole quand nous écrivons. Non ?

    RépondreSupprimer
  8. Nos personnages nous donnent sans doute l'occasion d'exprimer ce que nous ne savons pas que nous sommes... Ou ce que faisons semblant de croire que nous ne savons pas que nous sommes... Ou encore, selon les cas ( ou les textes) , nous permettent de découvrir ce que nous ne savions pas que nous étions... Ils en remplissent des fonctions!...

    RépondreSupprimer