Nombre total de pages vues

jeudi 25 février 2010

Escobarines: Complicité





- Dis, Patrice, tu voudrais pas qu’on recommence ?… Comme l’autre fois ?…
- Ah, ça t’a plus ça, hein ?!…
- Tu le sais bien… T’as bien vu…
- En bien vas-y !… Tiens !… La clé du studio…
- Merci… Mais t’interviens pas trop tard, hein, surtout !… T’attends pas que le type il soit arrivé au bout…
- Je sais, je sais… Allez, file !…

Un étudiant sûrement… Beau garçon en tout cas… Oui, un étudiant… Consciencieusement absorbé dans la lecture des feuillets éparpillés devant lui… Dont il avait même généreusement encombré la table voisine…
- Excusez-moi… C’est libre là à côté ?…
- Hein ?… Oh oui… Oui… Bien sûr…
Il a rougi, fébrilement rassemblé ses papiers…
- Je m’étale… C’est toujours comme ça… Faut que je m’étale… C’est plus fort que moi…
- Prenez votre temps !… Prenez votre temps !… Vous allez plus vous y retrouver sinon…

Il a trié, déplacé, redéplacé, mélangé, démélangé. Retrié. Et finalement tout abandonné en vrac, avec un soupir, sur le bord de la table…
- Désolée !… C’est de ma faute !…
- Oui, oh !… Ca fait rien de toute façon… Je sais pas pourquoi je m’obstine… Le Capes, vu le nombre de candidats qu’on est, il y a une chance sur cent de l’avoir… Et je suis pas parmi les meilleurs… Alors je ferais mieux d’en prendre mon parti une bonne fois pour toutes et d’aller faire autre chose… Oui, mais quoi ?… Tout le problème est là… Parce que nous, les littéraires, à part l’enseignement…
- A qui le dites-vous !…
- Ah, parce que, vous aussi ?…
- Il y a longtemps maintenant… Près de vingt ans… Quatre fois je l’ai raté le Capes… Résultat : je suis complètement dépendante de mon mari et si jamais un jour il me prenait l’envie de le quitter ça me compliquerait singulièrement les choses… Mais bon, je n’en suis pas encore là…
- Je ne voudrais pas être indiscret, mais…
- Mais… si je l’envisage sérieusement ?… Quelquefois, oui… Ce serait très certainement une énorme sottise… Parce qu’on a beaucoup de points communs… On s’entend bien… Jamais un mot plus haut que l’autre… Il n’y a que sur le plan sexuel… Là, même s’il refuse obstinément de le reconnaître, c’est un fiasco total… Mais ça !… Il y a toujours moyen de trouver des solutions… Il ne manque pas d’hommes jeunes et vigoureux prêts à rendre discrètement service…
Un regard d’abord interloqué, puis secrètement ravi. Sa glotte s’est mise à tressauter furieusement…
- Ca vous choque pas au moins ?…
- Oh non !… Non !… Il m’en faut beaucoup plus que ça !…
- C’est rare aujourd’hui les gens sans préjugés, vous savez… Je veux dire : VRAIMENT sans préjugés… Ils croient l’être, mais en réalité… Quand on est sans complexes comme moi, qu’on n’hésite pas à appeler les choses par leur nom, à exprimer ses désirs tels qu’ils sont, il faut s’attendre à tout moment à en prendre plein la tête, mais vraiment plein la tête… Et, qu’on le veuille ou non, ça finit par bloquer complètement… Il y a une foule de choses dont on n’ose plus parler… De fantasmes qu’on n’ose plus évoquer devant qui que ce soit… Quant à les réaliser alors là n’en parlons même pas !…
- Oh, mais tout le monde n’est quand même pas forcément comme ça, vous savez !…

- Ca me gêne…
- Mais si !… Si !… Dites !… Continuez !… Maintenant que vous avez commencé… Alors il y a un homme – un inconnu ou presque – qui entre dans la chambre… Vous êtes où ?…
- Sur le lit… Il arrive par derrière…
- Ah !… C’est que vous êtes à quatre pattes alors !… Les fesses à l’air… Et ?…
- Et ben… « Et »…
- Et il vous prend comme ça… Sans préliminaires… Sans un mot… Sans rien… C’est pas vraiment difficile à réaliser comme fantasme…
Il a tendu la main dans sa direction. Elle y a abandonné la sienne…

- J’en étais sûr !… Ah ça, j’en étais sûr !…
La porte a claqué. Le jeune type a tout juste eu le temps de se retirer d’elle. Il l’a poussé, fait tomber sur le dos…
- Tiens, un scarabée… Ca te gêne pas, petit con, de baiser ma femme ?… Bon, mais tu bouges pas de là… Tu restes comme ça… Conseil d’ami… Je m’occupe de ton cas après…
- Attends, Patrice, je vais t’expliquer…
- M’expliquer quoi ?… Que t’es en train de faire du shopping avec une copine ?… T’en as pas marre de te foutre de moi comme ça à longueur de temps ?… Bon, mais tu sais ce qu’on avait dit… Que la prochaine fois…
- Oh non, Patrice, non !… S’il te plaît, pas devant lui !…
- Je vais me gêner !… C’était pas avec lui peut-être que t’étais en train de faire tes cochonneries ?…
- Si, mais… Aïe !… Ca fait mal…
- C’est le but…
- Aïe !… Aïe !… Je le ferai plus, j’te promets !…
- Oui, oh, tes promesses !…
- Cette fois c’est vrai !… Aïe !… Si, c’est vrai, hein… Arrête, non, arrête !… Aïe !…

- Bon, allez, dégage, petit morveux !… Avant que je t’en colle une à toi aussi… Et que je t’y reprenne pour voir…
Il a rassemblé ses vêtements et il a détalé sans demander son reste. Elle a ri. Est venue se nicher au creux de ses bras…
- Comment t’as tapé fort !… C’était trop bon… Et sa tête !… T’as vu sa tête ?!… Ca m’a donné envie d’une force !… Non, mais attends !… Attends !… Que je me remette comme avec lui tout-à-l’heure !… Sauf que toi… tu vas finir…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire