Nombre total de pages vues

lundi 18 avril 2011

Belle-soeur, beau-frère ( 15 )


- Là… C’est tout… C’est fini… Tu seras sage à l’avenir ?… Tu ne feras plus ton écervelée ?… Jamais ?… Promis ?…
Elle a fait signe que oui… Oui…
- C’est bien… C’est très bien… Tu peux te rhabiller, ma chérie… En attendant il y en a une autre…
Sur un ton d’extrême courroux d’un seul coup…
Et en regardant Dorothée… Philibert m’a fixé, ahuri, sans comprendre…
- Qu’est-ce qu’il y a eu ?…
- Et il demande ce qu’il y a eu !… Vous n’avez rien remarqué ?…
- Non… Non…
- Evidemment vous pouviez pas… Vous étiez beaucoup trop occupé… Mais vous auriez gardé un œil sur votre femme vous vous seriez rendu compte qu’elle jubilait… Elle jubilait littéralement de voir fesser Zélia…
Elle, elle baissait la tête d’un petit air coupable…
- Et elle se moquait d’elle… Ouvertement… Reconnaissez avec moi que c’est pas joli-joli comme comportement… Et je peux vous dire que ce serait de moi je laisserais sûrement pas passer une chose pareille sans réagir…


- Eh ben dis donc !… Il en a fallu du temps pour le décider…
- Oui, mais une fois que ça a été fait…
- Ca !… On peut pas dire qu’elle ait boudé son plaisir… Ni lui le sien…
- Ni toi le tien…
- Faut reconnaître qu’elle a une façon de se trémousser quand ça tombe… A faire damner un saint…
- Tiens, écoute-les !… Ca repart… Et pas qu’un peu !… Ils vont réveiller tout l’hôtel…
- Chacun son tour…
- Je sens qu’on va bien s’entendre tous les quatre…
- Ce qui veut dire – si je sais lire entre les lignes – que tu espères bien pouvoir lui en coller une sans tarder, non, c’est pas ça ?…
- C’est toi qui en mériterais une pour me prêter des intentions pareilles !… Je me demande si tu vas pas l’avoir d’ailleurs… Il y a pas de raison de leur laisser le monopole à côté…


Ils ont traversé la salle du petit déjeuner au bras l’un de l’autre… Lentement… Rayonnants… Indifférents aux regards qui pesaient lourdement sur eux… Regards narquois ou complices… Réprobateurs ou envieux… Toutes les conversations se sont suspendues…
- On vous demandera pas si vous avez bien dormi…
- Nous non plus…
Dorothée s’est penchée sur Zélia, lui a murmuré quelque chose à l’oreille… Elles ont éclaté de rire…
- Attention !… Attention !… Si vous recommencez nous aussi…
- Chic alors !…


- Ah, enfin !… Mais qu’est-ce qui se passe ?… Vos deux portables éteints… Pas de signe de vie… On est morts d’inquiétude, nous… Qu’est-ce que vous fabriquez ?…
- Elle, je sais pas… Mais moi…
- Comment ça elle tu sais pas ?… Tu la surveilles au moins ?… Tu la laisses pas faire n’importe quoi ?…
- Mais oui !… Mais non !…
- Parce qu’on a déjà assez de soucis comme ça… Alors si en plus… Bon, mais tu crois pas que t’aurais quand même pu prendre des nouvelles de Philippe ?… C’était un minimum, non, tu crois pas ?… Seulement tout te passe à cent mille lieues au-dessus de la tête… Comme d’habitude… Il y a que ta petite personne qui compte… Et ton bouquin… Dont personne verra jamais la couleur d’ailleurs… Et moi, pendant ce temps-là, je suis bonne pour tout gérer… Me battre sur tous les fronts… Est-ce que tu t’es seulement préoccupé des travaux à la maison ?… Est-ce que tu sais où ça en est ?… Non… Je suis sûre que non… Hein ?… Eh bien réponds !…
- J’avoue que…
- Que t’es même pas allé voir… C’est quand même fort de café, reconnais !… T’es sur place… Je suis à des centaines de kilomètres de là… Et c’est quand même moi qui suis obligée de superviser les travaux…
- J’y passerai dans la semaine…
- C’est plus la peine… Ils sont finis les travaux… Tu peux retourner te réinstaller quand tu veux… Vous réinstaller… Parce qu’il est hors de question de la laisser toute seule rue Claude Debussy l’autre…
- C’est quand même chez elle… Et elle a peut-être le droit de donner aussi son avis, non ?…
- C’est d’abord et avant tout chez Paul… Quant à son avis… Tu m’excuseras, mais c’est sûrement pas une gamine d’à peine vingt-cinq ans qui va nous dicter sa loi… Elle fera ce qu’on lui dira de faire… Un point, c’est tout… Et je n’ai pas du tout l’intention de la laisser continuer à nous pourrir la vie comme elle le fait maintenant depuis des mois et des mois… Parce que tu l’entends pas Paul… Tu le vois pas… Il s’en rend malade de pas savoir ce qu’elle fabrique quand il a le dos tourné…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire