Nombre total de pages vues

lundi 7 décembre 2009

Escobarines: Le grenier





- Qu’est-ce que vous avez ?… Vous en faites une tête !…
- Rien !… J’ai rien…
- Oh si !… Si, vous avez quelque chose… Et je sais même ce que c’est… Elle vous a plaqué Laurence… C’est ça, hein ?…
- Comment tu le sais ?
- Parce que… Parce que c’est de ma faute… Non, mais comment je peux être conne des fois !
- Explique-toi !…
- Il y a rien à expliquer… Sauf que je suis nulle !… Mais nulle d’une force !… Non, mais pourquoi je suis allé inventer ça ?… Pourquoi ?…
- Inventer quoi ?…
- Je lui ai raconté qu’on couchait ensemble tous les deux…
- T’as pas été faire une chose pareille ?!
- Si !…
- Mais t’es une vraie petite saloperie !…
- Je sais…
- Mais qu’est-ce qu’on t’a fait ?… Qu’est-ce que je t’ai fait ?…
- Rien… Je sais pas ce qui m’a pris… Engueulez-moi !… Allez-y !… Insultez-moi !… Je dirai rien… Je le mérite…
- Bon, mais tout n’est peut-être pas perdu… Alors tu sais pas ?… Tu vas aller la trouver et tu vas lui expliquer… Lui dire que tu as menti… Que tu as tout inventé…
- C’est déjà fait… J’y suis retournée… Elle a pas voulu me croire… Elle a dit que je voulais vous couvrir… Et elle m’a foutue dehors…
- Et elle a eu raison !… Dégage, tiens !… Fous le camp !… Moi non plus je veux plus te voir… Remets jamais les pieds ici !…

Le surlendemain elle est venue gratter timidement à la porte. A passé la tête…
- C’est que moi !… Vous êtes encore fâché ?…
- On le serait à moins, non ?…
- Moi aussi je suis fâchée… Je m’en veux, mais je m’en veux… Vous pouvez pas savoir à quel point je m’en veux…
- Ca me fait une belle jambe !…
- Punissez-moi !… Je l’ai mérité…
- Ca, c’est le moins qu’on puisse dire…
- Eh bien alors ?!… Allez-y !… Qu’est-ce que vous attendez ?
- Vaut mieux pas, non… Parce que je risquerais de taper beaucoup trop fort… Tu m’as fait tellement de mal !…
- Eh ben justement raison de plus !…
- Allez, file !… Dépêche-toi !… J’ai du travail…
- J’m’en fiche !… Si vous voulez pas me le faire je me le ferai moi-même alors !… Et je taperai encore plus fort que si c’était vous qui le faisiez…
- Allez, allez, va vite !… Rentre chez toi…

- Vous m’avez bien dit que vous avez plein de vieux bouquins au grenier ?
- Oui…
- Il y a quoi ?…
- Je me souviens plus au juste…
- Je peux pas y monter voir ?… Parce qu’au club de théâtre, à la fac, on voudrait trouver de trucs un peu originaux… Des pièces que personne connaît…

Elle a marché au-dessus. Dans un sens. Dans l’autre. Ca s’est arrêté. Ca a recommencé. Le silence. Et puis ça a claqué. Doucement d’abord. Hésitant. Avec de longs moments d’interruption. Ca s’est élancé. De plus en plus vite. De plus en plus fort. De plus en plus intense. Ca a gémi. Ca a crié. Ca s’est plaint. Lamenté…
- C’est qu’elle est bien fichue de s’estropier cette petite dinde !…
Je suis monté. Ca s’est arrêté. Un genou sur la vieille chaise haute de ma grand mère, agrippée des deux mains au dossier, elle m’a regardé escalader, l’un après l’autre, les barreaux de l’échelle. Le derrière à l’air. A l’air et cramoisi…
- Je vous avais bien dit que je le ferais…
J’ai pris pied sur le plancher du grenier…
- A votre tour !… Punissez-moi !…
- Bon, allez, tu descends de là !… Ca suffit maintenant…
- Non… Non… Parce que vous m’en voulez encore… Je le vois bien… A votre air… A votre ton… A plein de choses… Vous êtes plus comme avant avec moi… Plus du tout… Tant que vous m’aurez pas punie…
- Il n’en est pas question…
- J’m’en fous… Si vous voulez pas je me continue toute seule… Jusqu’à ce que vous vouliez…
- Non, mais ça va pas ?… T’es pas bien ?… T’as vu dans quel état t’as le derrière ?…
- Ce sera bien pire tout à l’heure… Et ça m’est complètement égal… Tout m’est égal… Sauf d’être réconciliée avec vous… Et que vous soyez exactement comme avant avec moi… Vous voulez pas ?… Très bien…
Et elle a repris de plus belle. De toutes ses forces…
- Donne-moi ça !…
- Non !…
On a lutté tous les deux. Je le lui ai arraché. Jeté par le vasistas…
- J’m’en moque !… Chez moi je vais aller me le faire… Vous pourrez pas m’empêcher chez moi… Et tout sera de votre faute…
- Ecoute-moi !…
- J’écoute rien du tout…
- Tu peux pas… Dans l’état où tu t’es mis les fesses tu peux pas continuer… C’est beaucoup trop dangereux…
- Tant mieux !…
- Attends au moins un peu !… Quelques jours… Que tout soit revenu à peu près à la normale…
- Si j’attends c’est vous qui me le ferez ?
- On verra…
- Non, on verra pas… Il faut que vous promettiez… Tout de suite… Que vous juriez… Sinon… Vous jurez ?…
- Oui, oui… Allez, rhabille-toi !…

Elle s’est déculottée…
- Regardez !… Vous voyez ?… Il y a plus rien… Presque plus rien… Vous pouvez me le faire maintenant…
- Tu crois vraiment que c’est nécessaire ?
- Je crois pas… Je suis sûre… Vous allez pas vous défiler au moins ?… Parce que alors là si vous vous défilez en sang je me le mets…
- Je vais pas me défiler, non…
- Super !… Au grenier on monte ?… On sera mieux là-haut…

2 commentaires:

  1. Elle la voulait... Effectivement... Difficile de soutenir le contraire... Lol...

    RépondreSupprimer