Nombre total de pages vues

lundi 25 janvier 2010

Escobarines: Une fessée





« Enseignante, 45 ans, recherche fesseuse motivée pour la punir, tout simplement, comme elle le mérite… victorine69@yahoo.fr »

Voilà. C’était fait. Enfin. Depuis le temps qu’elle voulait, qu’elle ne voulait plus, qu’elle revoulait. C’était fait…

- Vous êtes vraiment prof ?…
Juste ça. Dans sa boîte mail le lendemain…
- Je le suis, oui…
- Alors ça va pouvoir s’envisager… Prof de quoi ?…
- De Mathématiques…
- Encore mieux… C’est parfait… Bon, mais maintenant vous allez attendre… Que je vous fasse signe… Que je vous convoque… Inutile de vous manifester d’ici là… Vous risqueriez de me faire changer d’avis…

Déterminée. Impérieuse. Exactement comme elle l’avait toujours rêvée. Toujours voulue…

Elle était qui ?… Qui elle pouvait être ?… Une enseignante, elle aussi, pour avoir posé la question avec tant d’insistance ?… Oui… Sûrement… Ou même – pourquoi pas ? – un chef d’établissement rêvant d’administrer de cuisantes fessées aux collègues qu’elle avait sous ses ordres… Oui… Quelque chose de cet ordre-là… Dans ces eaux-là… C’était le plus plausible… Et le plus rassurant…

Trois semaines. Trois semaines sans qu’il se passe rien. Absolument rien. Trois semaines d’attente impatiente et souvent découragée… Elle avait probablement changé d’avis. Ou bien elle avait trouvé quelqu’un d’autre. A moins encore qu’il ne se soit agi que d’une fantasmeuse qui avait voulu se jouer d’elle. Quoi qu’il en soit il était inutile de se bercer plus longtemps d’illusions : elle n’en aurait plus jamais la moindre nouvelle…

- Vous êtes prête ?
Un peu qu’elle était prête…
- Alors je vais vous donner une adresse… Vous vous y rendrez demain matin à dix heures… Ce sera ouvert… Vous entrerez… Vous vous déshabillerez… Entièrement… Vous vous mettrez face au mur du fond, dos à la porte… Et vous attendrez… Vous vous conformerez strictement aux ordres qui vous seront donnés… Sinon… Sinon tout s’arrêtera immédiatement…

Tu es folle. Complètement folle. Complètement irresponsable. Tu vas aller là-bas ?… Dans un endroit que tu ne connais pas. Te jeter entre les griffes d’une femme que tu ne connais pas. Dont tu n’es même pas sûre que c’en soit une. Si ça tombe tu t’apprêtes à sauter, les deux pieds joints, au beau milieu d’un gigantesque traquenard… Et tout ça pour quoi ?… Pour recevoir une hypothétique fessée… Non, mais ça va pas, ma pauvre fille !… T’es vraiment pas bien par moments, hein !… Tu vas me faire le plaisir de rester ici…

La pièce – une grande pièce qui avait dû jadis être un garage – était vide. Elle a cherché en vain autour d’elle où accrocher ses vêtements, s’est finalement résolue à les déposer, soigneusement pliés, par terre, à même le sol. Et, nez au mur, elle a attendu. Longtemps…

Il y a enfin eu une présence. Quelqu’un. Qui est d’abord resté silencieux et immobile. Qui s’est approché. Eloigné. Qui est revenu. Qui s’est arrêté. Tout près. Encore plus près. Une main s’est posée sur sa hanche. Une autre, de l’autre côté. On a voulu qu’elle se retourne. Elle s’est retournée. Elle a poussé un hurlement…
- Toi !… Mais qu’est-ce que tu fais là ?
- Et vous, Madame ma professeure ?

Elle s’est précipitée sur ses vêtements, a voulu se rhabiller en toute hâte…
- Vous êtes sûre que c’est la meilleure solution ?… Parce que… personne n’est obligé de savoir, mais je ne suis pas obligée de me taire non plus…
Elle s’est interrompue, tous gestes suspendus, une jambe en l’air, hésitante…
- Allez, reposez-moi cette petite culotte… Ca vaudra mieux… Si vous ne voulez pas que… Là… Et retirez vos mains… Ne soyez pas ridicule !… On est entre femmes… Vous savez que c’est à peu près comme ça que je vous imaginais ?… Un peu moins amples les fesses quand même… Et un peu plus fermes les seins, moins tristes, mais bon… En attendant vous vous demandez bien par quel miracle je suis arrivée là, hein ?… Vous êtes très naïve, Madame la professeure… Très… Parce que quand on passe des annonces comme celle que vous avez passée on crée une nouvelle boîte mail… On n’utilise pas celle dont on se sert habituellement… Dont on a généreusement distribué l’adresse à droite et à gauche à différentes occasions…

- Qu’est-ce que tu vas faire ?
- Qu’est-ce que je vais faire ?… En voilà une question !… Je vais vous flanquer une bonne fessée… Vous êtes venue pour ça, non ?… Moi aussi… Pour vous la mettre… Ca fait trois semaines que j’en rêve… Que je passe mon temps à vous regarder en classe et à me dire que je vais vous les soigner vos fesses… Comme vous le méritez… Parce que vous m’avez prise en grippe, Madame la professeure…
- Moi ?!… Jamais de la vie !… Qu’est-ce que tu vas chercher ?…
- Bien sûr que si !… Tout vous est bon pour vous en prendre à moi… Tout !… Vous me sous-notez… Vous m’accablez en permanence de reproches injustifiés… A cause de vous j’ai raté mon bac l’année dernière et redoublé ma Terminale… L’avoir à 20 ans – si je l’ai cette année – ça va me fermer plein de portes et vous le savez…
- On ne peut pas dire que tu aies toujours fait preuve d’une assiduité exemplaire…
- C’est ça !… Rajoutez-en une couche… C’est le moment…

Sa main s’est posée sur sa nuque. S’en est emparée…
- Venez !
- Où ça ?
- Vous verrez bien…
Par la peau du cou. Comme un jeune chiot. Elles ont entamé l’escalier…
- Tu vas pas me le faire devant quelqu’un au moins ?
- Vous croyez vraiment que vous êtes en position d’exiger quoi que ce soit… Mais non… Rassurez-vous !… Pas aujourd’hui… Plus tard… Une autre fois… Aujourd’hui je veux profiter pleinement de vous… Toute seule…

Une autre pièce. Vide elle aussi. Plus petite. Avec seulement une chaise. Au beau milieu…
- Allez !… Eh bien venez !… Qu’est-ce que vous attendez ?… Penchez-vous !… Allongez-vous !… Sur mes genoux… Là… Oui… Comme ça… Très bien… Vous voyez que vous savez vous montrer raisonnable quand vous voulez…
Une main s’est posée sur ses fesses. Se les est lentement appropriées…
- Vous serez sage à l’avenir ?… Vous arrêterez de noter à la tête du client ?
- Mais je n’ai jamais… Aïe !
- Vous arrêterez de noter à la tête du client ?
- Aïe !… Oui…
- De vous montrer, en classe, aussi systématiquement injuste ?
- Mais je ne suis pas… Aïe !… Aïe !… Oui… Aïe !…
- Vous le ferez plus ?
- Non…
- Promettez !… Je promets, oui…
- Menteuse !… Vous ne la tiendrez pas votre promesse… Et vous le savez très bien… Vous allez être punie pour ça… Et je peux vous dire que vous allez vous en souvenir… Allez, vous êtes prête ?…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire