Nombre total de pages vues

lundi 18 janvier 2010

Escobarines: La toilette





- Bon… Allez, Mesdemoiselles, au bain !…
- Mais c’est pas le jour, Toinette !…
- C’est pas le jour, non !… Mais demain c’est celui du mariage de votre cousin Gontran… Il faut que vous soyez toutes belles… Et toutes propres… Pour lui faire honneur… Allez vite !… Que l’eau va refroidir…

- Eh bien ?!… Vous attendez quoi ?… Le déluge ?…
- On n’a pas besoin de toi, tu sais !… T’as plein d’autres choses à faire… Faut pas qu’on te fasse perdre ton temps… Alors si tu préfères…
- Mais c’est quoi toutes ces simagrées aujourd’hui ?… Dépêchez-vous de quitter tout ça et de monter là-dedans… Ou j’appelle votre mère… Et je peux vous assurer qu’elle est vraiment pas d’humeur ce matin…

- Mais qu’est-ce qui t’est arrivé ?!… Fais voir !… Fais voir, j’te dis !… Qui c’est qu’a bien pu te mettre le derrière dans un état pareil ?… Et toi ?… Tourne-toi !… Mais toi aussi !… Eh ben décidément !… C’est le carnaval des culs rouges…
- Tu vas rien dire à maman, hein ?!…
- Ca… Je verrai… Quand vous m’aurez expliqué ce qui s’est passé…
- C’est hier en se promenant…
- Oui… Du côté de La Prade… Il y a deux bonshommes qui nous sont tombés dessus… Qu’on connaissait pas… Qu’on avait jamais vus… Ils se sont jetés sur nous, ils nous ont mis la fessée et ils se sont sauvés en courant… Sûrement ils nous ont prises pour quelqu’un d’autre…
- A qui vous voulez faire croire ça ?…
- Si, c’est vrai, hein !
- Ben voyons !… Et vous êtes tranquillement rentrées comme si de rien n’était… Vous n’en avez touché mot à personne…
- On avait bien trop honte…
- Si c’est ça il faut absolument mettre votre mère au courant… C’est bien trop grave… Qu’elle porte plainte… Qu’on prenne les dispositions qui s’imposent… J’y vais de ce pas…
- Non… Non… Attends !…
- Alors dites-moi ce qui s’est VRAIMENT passé…
- On a joué…
- Oui… On s’est un peu amusées à se la donner toutes les deux…
- Et vous jouez à ça souvent ?
- Oh non, non !… C’est la première fois…
- Oui… C’est la première fois… Et puis, d’habitude, on s’arrange pour que ce soit juste après la toilette… Comme ça personne s’en aperçoit…
- Et vous n’avez rien de plus intelligent à faire ?…
- Non, mais c’est pour s’aider pour les leçons… On s’interroge l’une l’autre… Et quand on sait pas paf !… Jusqu’à ce qu’on sache… Ca rentre mieux…
- Oui… Sauf que des fois, même que je sache, elle m’en met quand même !… Elle dit que c’est parce que j’aurais très bien pu pas savoir… Ou alors que j’ai pas tapé assez fort quand c’était son tour de la recevoir…
- Tu peux parler, toi !… Qui c’est qui se met à califourchon sur moi pour pas que je puisse bouger et qui m’en colle même quand il y a pas de raison ?…
- T’adores ça… Tu le dis toi-même…
- Et pas toi peut-être ?… Rappelle-toi le jour où…
- Le jour où ?…
- Non… Rien…
- Peut-être pourrions-nous poursuivre cette intéressante conversation en présence de Madame votre mère ?… Je suis certaine qu’elle y prendrait le plus vif intérêt…
- Oh non, Toinette, non !… Pas maman !…
- On fera tout ce que tu voudras…
- Et on te dénoncera plus quand tu iras te cacher dans la grange avec Paul…

Elle est sortie sans un mot…
- Elle va la chercher… Ah, on est dans de beaux draps !… Tu peux être fière de toi !…
- Parce que ça va être de ma faute !…
- Bien sûr que c’est de ta faute !… C’est toi qu’as absolument voulu raconter à maman ce qu’elle faisait dans la grange… Forcé qu’elle nous en veuille maintenant !… Et on peut même plus les regarder à travers les trous de la porte… En plus !…

Il y a eu un bruit de pas dans le couloir. Des rires. Des voix…
- C’est pas maman !…
C’était pas maman, non. C’était Pauline, la cuisinière…
- Tu vois !… Qu’est-ce que je te disais !…
- Oh, ces demoiselles !… Qui font tant les fières… Si j’avais jamais cru une chose pareille… Quand je vais raconter ça à Basile…
- Va le chercher, tiens, plutôt !… Qu’il voie ça de ses propres yeux… Et ramène Paul !… Je suis sûre que ça va beaucoup l’amuser…
- Oh non, Toinette, non !…
- Vous préférez qu’on aille chercher maman ?… Non ?… Eh bien alors !…

2 commentaires:

  1. Typiquement le genre de récits "fictifs" que j'aime lire!
    De la fessée, un peu de gêne certes pour rendre le récit piquant mais au bout du compte: Beaucoup de bonne humeur et d'insouciance!

    C'est dans cet esprit que j'avais imaginé ce dessin et on dirait bien que c'est comme ça qu'il inspire!

    Amitiés!

    JP

    RépondreSupprimer
  2. L’attitude des différents personnages, le sourire « narquois » des deux femmes debout à côté du baquet induisait presque inéluctablement, me semble-t-il, une histoire dans cet esprit-là…

    Ce n’est toutefois pas, à mon sens, le cas de tous tes dessins. Certains – beaucoup – d’entre eux se prêtent à des interprétations multiples, offrent toute une palette de possibilités dans des registres radicalement différents. Et il faut se déterminer en fonction de ses orientations personnelles ou de l’état d’esprit du moment…

    Il FAUT ?… Pourquoi diable après tout ?… Et si ?… A partir d’un seul et même dessin cinq, six, sept récits résolument différents et pourtant tous inspirés par lui ?… Que voilà une perspective séduisante !… Et je crois bien que je vais finir par me laisser tenter… Oui… Sûrement…

    Bonne journée…

    Amicalement à toi…

    François

    RépondreSupprimer